Le défi du savoir et de la volonté exige-t-il un savoir fondamental sur la connaissance du corps ?